Id'îles : un club de réflexion au service de Dawa

Aller en bas

Id'îles : un club de réflexion au service de Dawa

Message par James Festetics de Tolna le Mer 7 Mai - 1:12

James prit place au sein de la salle de réunion qui leur avait été alloué au siège du parti national à Vaitupu, non loin de ses bureaux de Ténafaré provisoire, qu'il s'apprêtait déjà à quitter. Il posa quelques épais dossiers sur la table, salua quelques têtes connues et commença :

"Après en avoir discuté avec la fondatrice de notre mouvement politique naissant, je la remercie d'ailleurs d'avoir pu organiser cette réunion impromptue en pleine période électorale, j'ai l'intention de mettre sur pied un projet politique et d'études globales qui doivent venir alimenter de manière scientifique nos propositions politiques.

En clair, je vous propose aujourd'hui la création d'un think-tank, un club de réflexion qui devrait s'appeler "Id'île, des idées pour nos îles". Celui-ci sera le réservoir d'idées pour nos campagnes futures et pour vos chantiers respectifs à tous les niveaux des institutions dawaïennes. Nous souhaitons devenir une véritable force de proposition mais aussi d'étude et de réflexion autour de sujet qui nous tiennent à coeur. Deux mots seront au coeur de notre réflexion : l'innovation et l'alternance. Pas la modernisation de nos approches micromondiales, le renouvellement de nos méthodes nous pourrons bâtir de nouveaux espoirs et proposer une alternative aux modèles pré-établis.

En ce qui concerne la méthode, nous souhaitons alimenter cette réflexion par des écrits, rapports et études d'une rigueur scientifique irréprochable afin de servir au mieux notre réflexion politique interne. Nous voulons également organiser des tables rondes et débats au sein de notre parti mais au-delà aussi, dans le cadre de café citoyens ou encore lors d'évènements universitaires.

Nos premiers chantiers seront consacrés à des travaux sur la société dawaïenne, pour en dresser un portrait sensible qui puisse nous amener à réfléchir nos propres relations sociales dans cette société en devenir. J'ose espérer que ce projet emportera vos faveurs.

Mesdames et messieurs, merci."


Dernière édition par James Festetics de Tolna le Ven 9 Mai - 10:01, édité 1 fois
avatar
James Festetics de Tolna

Messages : 82
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Article de la revue Id'îles

Message par James Festetics de Tolna le Ven 9 Mai - 10:00

Entre tradition et modernité, le sens rituel de la vie publique à Dawa
Etude menée par le club de réflexion du MSE « Id'îles : des idées pour des îles…»



Dawa se construit sur un apport paradoxal, sur une opposition majeure entre le neuf et le vieux, entre la tradition et la modernité. Cette voie l’entraîne à adapter des postures traditionnelles millénaires et à les intégrer dans un processus de socialisation plus large. Du rite initiatique et de passage au rite de fiançailles en passant par les rites collectifs, politiques et de mort, Dawa occupe une place à part dans le panorama micromondial quant à la mise en spectacle et la sacralisation des relations au sein de la communauté nationale. Comment ces rites occupent-ils la scène sociale ? Au terme de plusieurs mois de recherche, nous sommes en mesure d’offrir un panel non exhaustif des principaux rites dawaïens, de leurs origines, de leurs modalités et de leur signification.


1. Un rite de déclaration amoureuse : les fiançailles
Rite à la fois intime et « extime », les fiançailles dawaïennes sont issues d’une tradition ancestrale, comme la plupart des rites locaux. Celui-ci garde cependant sa spécificité dans la mesure où les modalités du rite sont restées quasiment inchangées. Rite de passage à l’âge adulte, par la responsabilisation de ses actes, mais aussi rite d’engagement et d’union privée. Ce rite se déroule sur une semaine, il est en général précédé par des fêtes autour des jeunes amis des futurs fiancés et se termine par une fête qui accueil la communauté locale. L’homme dawaïen, pour officialiser sa demande doit braver les autres prétendants masculins qui s’opposeraient traditionnellement à cette union par le biais d’une joute sur pilotis dans la lagune de l’archipel. A l’origine, se sont de véritables ennemis ou opposants qui venaient mettre en péril le jeune fiancé, aujourd’hui ce sont ses amis, proches mais parfois aussi concurrents amoureux qui se prêtent au rite.


2. Un rite de confiance politique : la cérémonie des serments et l’alliance avec les Tahuna
Rite d’union entre le peuple et se représentants, rite d’union entre une personnalité et une fonction, rite de passage entre une vie politique personnelle vers une vie publique et officielle, la cérémonie des serments est toujours d’actualité. Celle-ci est organisée à l’issue des élections et permet d’introniser les nouveaux élus. Ce serment de fidélité était à la base consacrée à l’énumération de l’ensemble de la communauté du village traditionnel, cet effort de mémoire devait souligner l’engagement et l’importance que devait accorder un élu à l’ensemble du peuple dont il était issu. Adaptation moderne, le serment se compose aujourd’hui d’un rappel des droits et devoirs fondamentaux que l’élu doit respecter. Autre innovation, le rite de l’échange d’alliances entre les Tahuna et le peuple est là aussi un signe d’engagement entre un homme ou une femme et une fonction suprême. Signe distinctif et ostentatoire, il rappel au porteur à l’ensemble de la communauté le poids de sa fonction et l’ampleur de ses missions.


3. Un rite de passage et d’intégration : le voyage initiatique
Tout nouveau citoyen qui demande sa naturalisation l’obtient aujourd’hui par les services administratifs nationaux. Les instances nationales et locales enregistrent cette demande, clarifient les situations antérieures et permettent ensuite à chaque nouvel arrivant de s’intégrer légalement au sein de la société dawaïenne. Mais cette procédure ne vaut pas le rite de passage initiatique qui servait d’intégration officielle à la communauté pendant de longs siècles sur les îles de l’archipel. Ce rite consiste à lâcher le nouvel arrivant au-dessus de la forêt de Tawoua, muni d’un matériel de base, il doit retourner vers le rivage où l’attendent des citoyens pour lui fêter son arrivée. Loin d’être systématique (il le fut autrefois), il se pratique aujourd’hui selon la volonté du nouvel arrivant. Chaque voyage initiatique est l’occasion de redécouvrir une facette de la jungle de cette île mais aussi de prouver sa force et sa volonté pour intégrer le corps social de Dawa.


4. Un rite collectif et festif : peindre le corps social
Rite collectif et festif, jeu de masques et de dévoilements, la cérémonie des peintures corporelles est particulièrement prisée par les dawaïens et est actuellement en pleine redécouverte. Rite d’union au sein de la communauté, il doit permettre d’unifier le corps social en donnant à chacun le même aspect originel : un corps et des peintures aux significations diverses et mystérieuses rattachées à la mythologie locale. Ce rite consiste en une grande fête nationale qui permet à chacun de peindre son corps, de porter des masques traditionnels et de faire la fête pendant une nuit entière autour de feux. Ce rite se termine au petit matin, le jour qui se lève est symbole de renouveau pour la communauté et tous peuvent se défaire de leurs peintures en allant se purifier dans les eaux de la lagune. Les plages sont alors investies de longues heures, dans la bonne humeur. Rite un moment oublié, il est aujourd’hui en pleine résurgence, signe d’une volonté de créer un lien communautaire et social fort pour une nation en plein bouleversements.
avatar
James Festetics de Tolna

Messages : 82
Date d'inscription : 12/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Id'îles : un club de réflexion au service de Dawa

Message par Erica Martinusova-Lahan le Dim 11 Mai - 23:00

Tout ceci est extrêment intéressant. Je pense aussi qu'il conviendrait de travailler les relations homme-femme, et les rôles, statuts respectifs de chacun. Pourquoi ne pas également réfléchir sur les questions de don et de contre-don(personne ne peut être redevable, sous peine de perdre la face) ?

_________________
Erica Martinusova-Lahan
Ténamoéa(diplomatie)
Journaleuse de choc
Fondatrice du bi-mensuel L'AlterMicro
Présidente du MSE
avatar
Erica Martinusova-Lahan
Admin

Messages : 602
Date d'inscription : 11/04/2008
Age : 38
Localisation : Vaitupu

Voir le profil de l'utilisateur http://archipeldedawa.forumactif.info

Revenir en haut Aller en bas

Re: Id'îles : un club de réflexion au service de Dawa

Message par Rebecca Bine le Lun 19 Mai - 1:14

2. Un rite de confiance politique : la cérémonie des serments et l’alliance avec les Tahuna
Rite d’union entre le peuple et se représentants, rite d’union entre une personnalité et une fonction, rite de passage entre une vie politique personnelle vers une vie publique et officielle, la cérémonie des serments est toujours d’actualité. Celle-ci est organisée à l’issue des élections et permet d’introniser les nouveaux élus. Ce serment de fidélité était à la base consacrée à l’énumération de l’ensemble de la communauté du village traditionnel, cet effort de mémoire devait souligner l’engagement et l’importance que devait accorder un élu à l’ensemble du peuple dont il était issu. Adaptation moderne, le serment se compose aujourd’hui d’un rappel des droits et devoirs fondamentaux que l’élu doit respecter. Autre innovation, le rite de l’échange d’alliances entre les Tahuna et le peuple est là aussi un signe d’engagement entre un homme ou une femme et une fonction suprême. Signe distinctif et ostentatoire, il rappel au porteur à l’ensemble de la communauté le poids de sa fonction et l’ampleur de ses missions.

Pour reprendre cette idée et l'étoffer, ce soir notre kawafière a bouillonné Wink
Le rite de passage entre la vie personnelle et la vie publique devrait se faire devant le peuple réuni. Pour chacun des dignitaires élus, c'est l'ancêtre de l'archipel (ce peut être un PNJ), en charge de la spiritualité et le droit à l'élévation de l'âme de chacun, qui ferait prononcer le serment à l'élu. Ce serait un enfant qui remettrait l'insigne (bague, bracelet ou broche) de l'engagement pris.

Ce symbole permettrait de visualiser le respect de l'élu pour la sagesse (via l'ancêtre) et l'engagement de protection envers le peuple (via l'enfant).
A la fin de la cérémonie ces trois personnes formeraient un cercle rappelant l'union des trois ïles, mais aussi le lien entre les étapes de la vie, les trois âges, comme un cercle magique !

Les 3 îles seraient aussi le symbole de cette "trinité" :
Vainaiu le sage, Ouvéa l'adulte et Taouwa, l'enfant, l'île des apprentissages.
avatar
Rebecca Bine

Messages : 85
Date d'inscription : 26/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Id'îles : un club de réflexion au service de Dawa

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum